Causalité, temps et origine de l’Univers : Nouvelles perspectives

Rencontres de Castelvieil - Marseille, le 12 Novembre 2013

IMG/jpg/slider0.jpg IMG/jpg/slider2.jpg IMG/jpg/slider3.jpg IMG/jpg/slider4.jpg IMG/jpg/photon.jpg

Présentation

  • Au bout d’un siècle de découvertes et de progrès spectaculaires dans tous les domaines des sciences de la nature, on dispose en physique et en cosmologie de deux cadres théoriques, la théorie quantique et la relativité générale, en soi très satisfaisants mais que l’on n’arrive pas à accorder dans une « partition » unique. Les incompatibilités entre la relativité et la physique quantique mises en évidence depuis plus de vingt ans, les expériences de « non localité », la difficulté à définir une théorie quantique de la relativité, la barrière établie par le « commencement » de l’univers, la confirmation répétée de la structure « plate » d’un univers en expansion accélérée, l’existence de nouvelles sources d’effets gravitationnels (matière noire, énergie noire), les difficultés croissantes de vérification expérimentale et d’interprétation, autant de défis qui mettent à l’épreuve notre conception du temps, de l’espace et de la relation cause à effet.

    Dans ce contexte, l’approfondissement de la nature du temps et de l’espace, de leurs relations respectives, de leur connexion avec la causalité, du caractère élusif de la notion « temps » a amené certains physiciens à se poser des questions insolites : Le temps est discret ou continu ? Le temps existe-t-il ou c’est en définitive une construction de l’esprit ?

    Ces questions, aux frontières de la physique et de la philosophie, surgissent aussi en cosmologie lorsque l’on définit un temps universel liée à l’expansion de l’univers. Après le Big Bang l’ inflation « quasi instantanée » nous oblige à repenser ce moment singulier : peut-t-il y avoir un avant ? Quelle définition de temps peut on garder ?

    Enfin, d’autres questions nous concernent très personnellement : Dans la chaine de causalités y a-t-il de la place pour des choix libres ? Qu’est ce qui fait que le temps devienne histoire ? Sommes-nous toujours dans le domaine de l’aléatoire ?

    Qu’il nous soit permis de rappeler que la science n’est pas seulement la passion qui anime de nombreux chercheurs, enseignants, ingénieurs. Elle a pris, notamment en raison des succès techniques de ses applications, une place centrale dans nos vies et elle est considérée comme une valeur universelle. Elle fournit le modèle, le standard de la qualité, de la rigueur, de l’exactitude, pour toute entreprise de connaissance ou d’action (économique, industrielle, administrative). Ces échanges, préparés dans un esprit de diffusion de connaissances, concernent ainsi tous ceux qui sont en rapport avec la science ou la philosophie.

    Ces problèmes, qui agitent le monde de la philosophie des sciences, lors d’une rencontre d’un jour, le 12 novembre prochain, vont être l’objet de d’une suite de six contributions orales par autant d’auteurs éminents dans leur domaine (physiciens, philosophes de sciences, théoriciens et expérimentateurs) étroitement impliqués dans cette problématique.

Intervenants

Comité scientifique

  • Antoine Suarez
  • Antoine LLebaria
  • Jean-Paul Kneib

Comité Local

  • Bernard Michaud
  • Antoine Llebaria
  • Tatiana Barlyaeva
  • Renaud de Clermont-Tonnerre

Contact

Centre Castelvieil

6 rue Vallence 13008 Marseille

Tél. 04 91 23 33 80

email : contact@castelvieil.org